Le village de Rougon et Isidore Blanc

Le village de Rougon, perché sur son éperon rocheux fut le lieu ou Isidore Blanc dispensa son enseignement au debut du XX ème siècle.

Le village de Rougon

En venant de Castellane, Il se situe environ dix kilomètres avant La Pallud, sur la D952. Un nid d’Aigle perché à 930 m d’altitude, juste au-dessus de Point Sublime. L’éperon du chateau, site classé, domine le village. 110 habitants peuplent actuellement le village. Une population qui ne dépassa jamais les 600 âmes même à l’age d’or du village, au milieu du XVIII éme siècle. On y trouve une crêperie-gite d’etape; Le Mur d’abeilles qui offre une magnifique vue depuis sa terrasse. On trouve aussi une épicerie-bar-restaurant; La Terrasse à l’entrée du village ouverte toute l’année. Depuis cette placette ou l’on joue aussi à la pétanque, l’on peut profiter d’une magnifique vue sur le Couloir Samson. La mairie quant à elle, fait aussi office de Poste.

Les exodes ruraux qui survinrent après chaque guerre mondiale furent fatidiques au village. En effet, la population passa de 331 habitants en 1906 à 180 habitants vint ans plus tard. Puis de 93 habitants en 1946 à 41 habitants en 1968. La population emigra en majorité vers la ville de Toulon pour y chercher meilleure vie. Ainsi de nombreux Toulonnais descendants de Rougonais peuplent aujourd’hui les demeurent de leur ancêtres durant la période estivale.

Isidore Blanc

“Le régisseur des Gorges” comme il aimait s’appeler lui-même. Instituteur à Rougon dans dès les années 1900, cet homme fut un des premiers explorateur des Gorges. Martel ayant entendu parler de lui, l’invita à faire partit voir à organiser la fameuse expedition de 1905 qui parcourut l’ensemble des Gorges. Plus tard, il fut nommé délégué officiel du Touring Club de France et participa très activement au développement touristique du Verdon. On lui doit par exemple les premiers aménagement comme celui de point Sublime tel qu’on le connait encore maintenant. Le Touring Club de France fut le principal financier du development touristique du Verdon dans les années 1920-1930. Une plaque aposée par le TCF au bout de la passerelle du Baou en descendant au couloir Samson rend homage à Isidore Blanc. Un homme aux multiples casquettes qui mourut dans un accident de side-car en 1933, le jour-même de son anniversaire.

verdon xp