A Castellane, la Fête des Pétardiers fin janvier

La Fête des Pétardiers

Chaque dernier dimanche de janvier, on commémore à Castellane, la Fête des Pétardiers depuis bientôt 450 ans..

Fin janvier, il fait bien froid dans les rues de Castellane et la ville est presque déserte. Cette Fête des Pétardiers est donc l’occasion pour tous de se retrouver. On organise une reconstitution théâtralisée de l’événement avec prêts de costumes d’époque. On peut aussi profiter d’un spectacle de danse et de musique. Démonstration de rapaces, restauration médiévale, vin chaud…

Avant d’en venir aux faits qui eurent lieux le 31 janvier 1586 revenons sur quelques épisodes marquants de cette époque trouble qui opposa catholiques et protestants à Castellane.

C’est en 1559 qu’éclate les premiers troubles de guerre des religions à Castellane. Brun de Caille ayant convertit la famille des Castellane au protestantisme. A l’été 1560, un capitaine protestant nommé Paulon de Mauvans pille la ville. Puis il s’y installe après avoir signé un accord avec le gouverneur de Provence. Le 4 octobre 1574, une nouvelle attaque des protestants est repoussée par les castellanais et les habitants des villages voisins.

Le jour de l’attaque à Castellane

Les Pétardiers, le 31 janvier 1586. Les protestants représentés par le Duc de Lesdiguère et le Baron d’Allemagne à la tête de leurs troupes marchent sur Castellane. Ils tentèrent une attaque surprise afin de prendre et de piller la ville à nouveau. Judithe Andrau qui vient de Barréme, son lieux de résidence, aperçoit les troupes dans la foret et s’empresse de sonner l’alerte en arrivant à Castellane.

Les castellanais dépourvus de soutient militaire durent alors organiser eux-mêmes leur défense contre les assaillants.

Il ne reste pas grand chose du déroulement historique du siège. On sait par contre que cette même Judithe Andrau, héroïne du jour, tua Jean Motte, le capitaine des assaillants. En effet, elle lui jeta un chaudron de poids bouillante sur la tête du haut de la porte de l’Annonciade. Cette porte qui existe encore de nos jours était à l’époque le point faible de la ville. Le Barron d’Allemagne quant à lui, fut blessé d’une balle dans le dos. Ceci acheva de sonner la retraite des assaillants protestants.

Un dernier dimanche de janvier donc riche en animation depuis déjà plusieurs siècles. Bien avant que le tourisme ne fasse la gloire de Castellane en période estivale. Venez nombreux en janvier, si on manque de costumes, il y aura toujours des combinaisons néoprène!

verdonxp.com